Insecticides Bios

Les chercheurs Israéliens poursuivent des projets de recherches pour des solutions de protection naturelles des cultures.

Utilisation de l’allicine comme Insectifuge et insecticide dans les cultures agricoles

Sous la direction du Professeur David Mirelman, une équipe de chercheurs de l’Institut Weizamnn située à Rehovot propose une alternative aux insecticides et aux anti-insectes basés sur le principe actif de l’ail : l’allicine. Ce composé peut être utilisé pour protéger les fruits des mouches, des fourmis et d’autres insectes nuisibles.

Il peut être rapidement généré en écrasant des gousses d’ail, malheureusement le composé ainsi obtenu est chimiquement peu stable. Pour cette raison, bon nombre de méthodes connues pour la synthèse de l’allicine ne sont pas satisfaisantes. Toutefois, ces chercheurs ont récemment mis au point une procédure extrêmement efficace pour sa production et son stockage en grandes quantités. Cette allicine en solution aqueuse a ensuite été utilisée avec succès pour protéger les fruits comme les kakis, les pêches, les goyaves des insectes et en particulier des mouches. Elle est également efficace pour repousser les fourmis et les insectes pouvant causer des dommages aux feuilles des arbres fruitiers.

Ne nuisant pas à l’environnement, l’allicine est particulièrement adaptée pour les produits végétaux extraits de l’agriculture biologique.

Des chercheurs de l’université de Tel-Aviv étudient le venin de scorpion pour développer un pesticide écologique

Certains venins de scorpion sont uniquement efficaces contre les insectes. L’idée du professeur Michael Gurevitz est d’utiliser ces venins pour créer un pesticide écologique.

Ce chercheur du département de sciences des plantes a réussi à isoler des séquences génétiques des neurotoxines présentes dans les venins. Il a ainsi pu achever une méthode génétique permettant de transformer et de manipuler ces neurotoxines en bactéries.  La toxicité de ces poisons peut alors être  restreinte à certains insectes (lépidoptères, mouches, abeilles…) ou aux petits mammifères. En revanche le pesticide développé à l’avantage de ne pas avoir d’effets sur les insectes profitables comme les abeilles butineuses et certains mammifères comme les humains.

L’agriculture industrielle utilise déjà des neurotoxines telles que les dérivés synthétiques de la pyréthrine (pyréthroïdes) comme insecticide. Ces produits présentent deux inconvénients majeurs :

  1. il est impossible de réduire le spectre de toxicité à une ou plusieurs espèces d’insectes, puis deuxièmement
  2. on ignore leurs conséquences sur l’environnement et sur la santé de l’homme.

Vardina Bensoussan & David Steinboim